Philippe Gonin
« Interstellar Overdrive » de Pink Floyd et le processus de création à travers le prisme de l’improvisation collective : du chaos à l’ordre ?

Accéder à l’article

Le but de cette présentation est de souligner, à travers une seule et même composition, comment le Floyd est parti d’un concept d’improvisation libre reposant sur une structure formelle flottante mais stable à une improvisation libre cadrée dans une structuration formelle clairement établie.

De 1966 à 1970, le groupe jouait « Interstellar Overdrive » comme une sorte de fil conducteur. Bien qu’absent du live Ummagumma, la pièce est généralement considérée comme le seul exemple de ce que le groupe était capable de faire sur scène dans ses premières années (période dite « Barrett »). Une « compétence » scénique que ne souligne que partiellement le premier album studio du groupe, The Piper At The Gates Of Dawn et encore moins les singles « Arnold Layne » et « See Emily Play » qui, dans leur forme enregistrée, sont de pures « pop songs ».

« Interstellar », du premier avatar connu à la dernière prestation live enregistrée, apparaît comme l’exemple type de la mutation opérée par le groupe du psychédélisme au « space rock » (ou « rock planant ».)

Partant de ce constat, mon propos est donc de démontrer que le Floyd, alors à l’écoute d’une certaine avant garde, se dirige de plus en plus, en un laps de temps relativement bref, vers une musique, quand bien même elle reste en grande partie improvisée, clairement structurée.


Philippe Gonin, « ‘Interstellar Overdrive’ de Pink Floyd et le processus de création à travers le prisme de l’improvisation collective : du chaos à l’ordre ? », Musimédiane, n° 11, 2019 (http://www.musimediane.com/11gonin/ – consulté le 19/07/2019).