Olivier Class
Commentaire illustré sur les entretiens avec les musiciens du quintette de l’Ensemble Intercontemporain (Strasbourg, 2014)

Accéder à l’article


Olivier Class, « Commentaire illustré sur les entretiens avec les musiciens du quintette de l’Ensemble Intercontemporain (Strasbourg, 2014) », Musimédiane, n° 9, 2019 (http://www.musimediane.com/9class2/ – consulté le 21/03/2019).

Pierre Michel et Ingrid Pustijanac
Commentaires sur les lettres de György Ligeti

Accéder à l’article

Les fragments de lettres non publiées sont issus du Fonds Ligeti de la Fondation Paul Sacher de Bâle, ils ont été recueillis par Ingrid Pustijanac et sélectionnés par elle-même et Pierre Michel.


Pierre Michel et Ingrid Pustijanac, « Commentaires sur les lettres de György Ligeti », Musimédiane, n° 9, 2019 (http://www.musimediane.com/9michelpustijanac/ – consulté le 21/03/2019).

Valérie Ométak
Rythme, mouvement et expressivité : le cas de représentations graphiques enactives de patterns rythmiques percussifs par des auditeurs de cinq ans

Accéder à l’article

Au cours du XXe siècle, quelques recherches en musicologie et en psychologie de la musique ont tenté d’établir un lien entre rythme, mouvement et expressivité musicale. Elles considèrent le rythme comme la source la plus complète des formes dynamiques et supposent un noyau corporel à l’expressivité du langage musical. Ces hypothèses ont été à nouveau testées dans une récente expérience exploratoire sur les réactions corporelles graphiques de 33 auditeurs de cinq ans dont les traçages ont été effectués avec un stylo électronique durant l’écoute de 24 brefs rythmes percussifs. L’analyse de 772 vidéos recueillies montre que les dynamiques rythmiques et graphiques sont fortement appariées, des liens étant solidement établis par les auditeurs entre propriétés rythmiques d’intensité et de durée et propriétés graphiques de forme et de vitesse. Ces mouvements de motricité fine concordent avec le flux rythmique perçu et sont par conséquent susceptibles d’ouvrir une voie d’accès à l’expressivité musicale.


During the twentieth century, some research in musicology and music psychology attempted to establish a link between rhythm, movement and musical expressiveness. They considered rhythm as the most complete source of dynamic form and assumed a bodily core to the expressiveness of musical language. These hypotheses were tested again in a recent exploratory experiment on the graphic corporal reactions of 33 five-year-old listeners, their tracing having been carried out with an electronic pen during the listening of 24 brief percussive rhythms. The analysis of 772 videos collected shows that the rhythmic and graphic dynamics are strongly matched, the links being firmly established by listeners between rhythmic properties of intensity and duration and graphic properties of form and speed. These movements of fine motor skills are related to the perceived rhythmic flow and could therefore open a path to musical expressiveness.


Valérie Ométak, « Rythme, mouvement et expressivité : le cas de représentations graphiques enactives de patterns rythmiques percussifs par des auditeurs de cinq ans », Musimédiane, n° 9, 2019 (http://www.musimediane.com/9ometak/ – consulté le 21/03/2019).

Philippe Lalitte
L’expressivité de la performance des Dix pièces pour quintette à vent de Ligeti

Accéder à l’article

La présente étude a été réalisée à partir de quelques-unes des Dix pièces pour quintette à vent de Ligeti enregistrées spécialement par Sophie Cherrier, Didier Pateau, Jérôme Comte, Jens McManama, Paul Riveaux, solistes de l’Ensemble Intercontemporain, dans trois interprétations qui se différenciaient par leur expressivité : neutre, expressive et sur-expressive. L’objectif principal a consisté d’une part à mesurer et observer, à l’aide des outils informatiques, les différences sonores entre les trois versions de chaque pièce et d’autre part à dégager les principaux vecteurs d’interprétation employés. Les analyses montrent une nette différence entre les versions expressives, neutres et sur-expressives. Ces différences sont audibles, mesurables et souvent visibles sur les représentations du signal audio. Les paramètres d’interprétation employés par les musiciens pour produire les variantes d’expressivité sont principalement le tempo, la durée des pauses, la dynamique, le timbre, la précision rythmique et la synchronisation. Les analyses détaillées confirment que, même avec une œuvre aussi complexe techniquement parlant et aussi précisément notée que les Dix pièces pour quintette à vent, les interprètes ont une large palette de paramètres interprétatifs pour produire leurs intentions expressives.


Philippe Lalitte, « L’expressivité de la performance des Dix pièces pour quintette à vent de Ligeti », Musimédiane, n° 9, 2018 (http://www.musimediane.com/9lalitte/ – consulté le 21/03/2019).